recherche et action en sciences sociales

Une organisation sociale apprenante

Le concept d’organisation apprenante est issu de l’observation des stratégies d’adaptation des organisations dans un triple contexte de mondialisation croissante, de modification des modes de production dûe aux progrès technologiques des années 90, et d’adaptation de la gestion des ressources humaines aux nouveaux besoins des entreprises et aux contraintes du marché du travail (raréfaction des emplois, augmentation des niveaux de qualification, perte de capital cognitif, hétérogénéité forte des compétences).

Dans une organisation apprenante les employés deviennent les principaux acteurs de l’efficience, ils développent l’apprentissage collectif et sont les vecteurs du développement des avantages spécifiques d’une organisation. Pour David A. Garvin (Harvard Business Revue, 1993) une organisation apprenante est “une organisation capable de créer, acquérir et transférer de la connaissance et de modifier son comportement pour refléter de nouvelles connaissances”.

Pour fonctionner de manière optimale, l’organisation apprenante nécessite que le principe de l’apprentissage soit premier sur son activité, que tous les individus soient impliqués dans les processus de décision et de développement, et que les savoirs soient partagés et transmis entre les personnes.

L’entreprise sociale apprenante est une déclinaison de ce concept, qui vise à en faire un modèle économique viable en y ajoutant une fonction sociétale forte : un rôle structurant sur le territoire, un rôle d’intégration et d’insertion professionnelle (notamment pour les jeunes et les personnes éloignées de l’emploi), et enfin une mission d’innovation sociale permanente notamment en termes de gouvernance et d’organisation).

L’entreprise sociale apprenante est donc un modèle hybride où l’individu est acteur de l’organisation grâce à des espaces d’intervention sur les procédés de production et de gouvernance. Elle permet d’influer directement sur la montée en compétence grâce au développement de la formation en situation de travail non-simulée (j’expérimente, je fais des erreurs, je corrige, j’enregistre mon erreur dans la mémoire de l’organisation), tout en permettant l’amélioration des procédés de production de l’organisation (l’entreprise minimise les situations de dysfonctionnement et connaît instantanément l’état de sa compétence interne).

Partenariats

Secteur insertion et formation professionnelle

L’association est agréée par la DIRECCTE PACA en tant que Structure d’Insertion par l’Activité Économique et Entreprise Solidaire. Résurgences porte deux Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI) qui sont soutenus financièrement par la DIRECCTE PACA, le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. L’activité de formation est principalement financée par l’OPCA UNIFORMATION et le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels, dans le cadre de spécialités et certifications professionnelles dispensées par Résurgences. Résurgences est notamment agréée pour la passation du Certificat de Qualification Professionnelle de Salarié Polyvalent de la branche professionnelle de l’IAE. Résurgences est membre du Réseau National des Acteurs du Chantier Ecole, et du Syndicat National des Employeurs de l’Insertion par l’Activité Économique.

Secteur Recherche

L’association est déclarée comme institution de recherche auprès de la Commission Européenne. Elle est membre de deux consortiums de recherche : LOCI ET LIBEAC. Le consortium LOCI (Locativity and Interactivity in Linguistics and Computer Science), qui regroupe quatre universités françaises, deux groupes de recherche à l’étranger et Résurgences. Le Laboratoire “Structures Formelles du Langage" de l’Université de Paris VIII, l’Institut de Mathématiques de Luminy (Aix-Marseille Université), le Laboratoire d’Informatique de Paris-Nord (LIPN), le Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique, le Queen Mary College of London (Royaume-Uni), l’équipe “Geometria delle Cognizione” de l’Universita Roma Tre. Le consortium LIBEAC (Liberalism in Between Europe and China), qui regroupe sept institutions de recherche internationales et Résurgences. Aix-Marseille Universite (AMU, France), l’Institute for European Studies (IES, Italy), Charles University (Česká republika), Peking University (China), University of Eastern Piedmont (UNIPMN, Italy), Tsinhua University (TH, China), Hokkaido University (HOKUDAI, Japan). Sur l’activité de recherche, Résurgences est financée notamment par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR), l’Union Européenne (FP7 Marie Curie), et l’Association Nationale pour la Recherche et la Technologie (ANRT).

Partenaires commerciaux et techniques

Résurgences est membre de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire et du PRIMI (Pôle Transmédia Méditerranée), cluster régional rassemblant les professionnels des filières régionales de l’audiovisuel et du cinéma, de l’animation, du jeu video, de l’Internet et du multimedia. Dans le cadre de ses activités de développement dans l’industrie numérique et l’édition, résurgences a travaillé, ou travaille encore, avec les structures suivantes :

  • Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Marseille)
  • Émergences et le Plans Local pour l’Insertion et l’Emploi
  • La Maison de l’Emploi
  • Maison de la Région Provence Alpes Côte d’Azur
  • Editions Montparnasse - Paris
  • Néon Productions - Marseille
  • House On Fire Production - Paris
  • Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Marseille)
  • Sens Public Puzzle (Lyon)
  • Éditions Hermann (Paris)
  • Noomix SA
  • CEER (Congrès européen des éditeurs de revues)
  • CBW COMMUNICATION
  • Compagnons Batisseurs Provence
  • Impulse Toit - Croix-Rouge Insertion Dans son activité de production, Résurgences a aussi été amené à travailler en délégation de production ou en partenariat avec :
  • Marseille Provence 2013
  • Conseil Régional PACA - Service Culture
  • Conseil Général 13 - Direction de la Culture
  • Ville de Marseille
Site propuls� par accatone/resurgences